mardi 30 avril 2019

"L'été circulaire" de Marion BRUNET - Policier


- Quatrième de couverture - 

Fuir leur petite ville du Midi, ses lotissements, son quotidien morne : Jo et Céline, deux soeurs de quinze et seize ans, errent entre fêtes foraines, centres commerciaux et descentes nocturnes dans les piscines des villas cossues de la région. Trop jeunes pour renoncer à leurs rêves et suivre le chemin des parents qui triment pour payer les traites de leur pavillon.
Mais, le temps d'un été, Céline se retrouve au coeur d'un drame qui fait voler en éclats la famille et libère la rage sourde d'un père impatient d'en découdre avec le premier venu, surtout s'il n'est pas « comme eux ».

- Spécificités -
Edition : Le Livre de Poche
Pages : 247 
Date de parution :  03/04/2019

Second livre en lice pour le Prix des Lecteurs des éditions du Livre de Poche, pour le mois d’avril en compagnie de « Sauvez-moi » de Jacques Expert, j’avoue ne pas avoir compris sa sélection dans la catégorie « Polar ». Vous me direz que ce livre a pourtant remporté le Grand Prix de Littérature Policière. Et bien j’avoue que je ne discerne pas du tout cette catégorisation car on est loin du roman policier malgré ce qu’il est indiqué sur sa couverture. 

On y croise le chemin de deux soeurs (Céline et Jo) issue d’une famille de la classe modeste, âgées respectivement de 15 et 16 ans au fin fond de leur bourg à côté de Cavaillon, grillé par le soleil estival. Si Céline assume sa féminité par son extravagance vestimentaire et son look de jeune Lolita, sa soeur Jo est une rebelle dans l’âme. Alors que l’insouciance devrait rythmer leurs journées, Céline va devoir révéler un secret qui changera le cours de son existence mais aussi celui de sa famille. 

Même si cela a été une bonne lecture pour moi car je voulais connaître l’issue que l’auteure avait prévue à ce duo de soeurs méridionales, je l’ai trouvé très hors-sujet. Pas d’enquête, pas de disparition, ni de meurtre au coeur de l’intrigue avant les deux tiers de l’histoire. Beaucoup d’autres lecteurs ont eu ce ressenti comme j’ai pu le lire sur des sites de lecteurs du type de Babelio et cela m’a rassurée car j’avais eu peur d’être passée à côté de son essence. 

Le style d’écriture de Marion Brunet est agréable à lire et m’a littéralement emportée dans l’ambiance du Midi, pouvant sentir quasiment le soleil réchauffer ma peau et entendre les cigales chanter au coucher du soleil. Les difficultés quotidiennes familiales, les sentiments éprouvés sont finement décrits. Certaines choses sont assez évidentes et sans surprises (je ne tiens pas à avancer des événements trop concrets pour ne pas trop vous dévoiler l’histoire) mais cela ne m’a pas découragée pour autant dans ma lecture. 

Nonobstant cet hors-sujet, je tiens à faire remarquer que c’est loin d’être un mauvais livre mais je me serais plus attendue à le trouver dans la sélection de « littérature générale » où il y aurait très bien eu sa place. C’est dommage car si je m’en tiens au jury auquel j’appartiens, mon choix se portera alors vers le polar de Jacques Expert, (« Sauvez-moi ») digne représentant du genre et ce, même s’il m’a laissé un avis un peu mitigé (voir ma chronique pour ceux qui ne l’avaient pas encore lue: https://musemaniasbooks.blogspot.com/2019/04/quatrieme-de-couverture-nicolas-thomas.html).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

CHANGEMENT D'ADRESSE

QUI DIT NOUVEAU MOIS, DIT NOUVEAUTES! Depuis quelques temps, j'étais un peu moins présente sur les réseaux sociaux et pour ca...