dimanche 9 septembre 2018

"Toxique" de Niko TACKIAN - Thriller



> Quatrième de couverture <

Janvier 2016. La directrice d’une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau. Dans ce Paris meurtri par les attentats de l’hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crim dépêche donc Tomar Khan, un des meilleurs flics de la Crim, surnommé le Pitbull, connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes. À première vue, l’affaire est simple. « Dans vingt-quatre heures elle est pliée », dit même l’un des premiers enquêteurs. Mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraît.

-  Spécificités –
* Editions: Editions de l’Epée (ici, aux éditions Le Livre de Poche)
* Paru le 4/01/2017
* Nombre de pages : 310

Découverte à l’occasion de la lecture de son livre « La nuit n’est jamais complète », j’étais tombée sous le charme de la plume de Niko Tackian. Ayant reçu « Fantazmë » via la plate-forme NetGalley, je me devais de commencer par les prémisses des aventures du commissaire Tomar Khan. Dans les séries, je préfère toujours commencer par les premiers tomes afin de pouvoir suivre les parcours des personnages même si parfois, je défaille à cette règle mais cela reste assez rare. C’est pourquoi, je me suis achetée ce livre, peu de temps avant de partir en congé.

On se trouve ici en plein polar en compagnie d’une équipe de la criminelle de Paris au lendemain des attentats de Paris du 13 novembre 2015. Lorsque le corps d’une directrice d’école est retrouvé dans son bureau, les indices semblent accusés un « banal » crime commis par un parent d’élèves. Alors que l’enquête semble pouvoir se clôturer en deux ou trois mouvements, l’équipe devra faire face à un être sans scrupule, pour qui l’empathie n’est qu’une notion bien abstraite et étrangère.

Donc second opus de Niko Tackian que je lis et seconde fois, où je succombe à son univers.

Les personnages se construisent au fil des pages et on découvre petit à petit les fantômes qui hantent Khan ainsi que sa famille. Comme pour « La nuit n’est jamais complète », l’écriture est très imagée et scénarisée ce qui m’a transporté dans les décors et permis d’évoluer avec les protagonistes de l’histoire. On aime ou on n’aime pas ce style d’écriture mais moi j’adore ! J’avais l’impression de me retrouver avec les inspecteurs du 36 et de mener l’enquête à leurs côtés.

Le contexte des attentats du 13 novembre 2015 est bien présent et y apporte une atmosphère que j’ai trouvé tout à fait particulière à la ville de Paris, ambiance funèbre que nous, les non-parisiens, n’avons pas forcément ressenti aussi fortement. Même si,  depuis le terrorisme a hélas touché et touche de plus en plus de villes différentes, à chaque fois un peu plus près de nous.

Etant définitivement adepte de cette écriture qu’est celle de Niko Tackian, il me tarde de me plonger dans « Fantazmë », deuxième aventure du commissaire Khan, héros torturé mais ô combien attachant. Mais quelle tristesse de devoir tourner la dernière page de ce genre de bouquin…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

CHANGEMENT D'ADRESSE

QUI DIT NOUVEAU MOIS, DIT NOUVEAUTES! Depuis quelques temps, j'étais un peu moins présente sur les réseaux sociaux et pour ca...