mercredi 6 mars 2019

Chronique rapide : "Marquée à vie" d'Emelie SCHEPP - Thriller


> Quatrième de couverture <
Nörrkoping, l’hiver.
La procureure Jana Berzelius arrive sur la scène du meurtre d’un haut responsable de l’Immigration en Suède, assassiné dans sa maison, au bord de la mer Baltique. Le tueur n’a laissé aucune trace. Etrangement, les seules empreintes que l’on retrouve sont celles d’un enfant – or, la victime n’en a pas… Quelques jours plus tard, le meurtrier est identifié. Mais il est mort. On retrouve son corps sur un rivage désolé, l’arme tout près de lui. Il s’agit bien d’un enfant. Signe particulier, il présente sur la nuque une scarification énigmatique.
Ce nom, gravé grossièrement à même la chair, provoque brutalement chez l’impénétrable Jana, pourtant réputée insensible et glaciale, un véritable séisme intérieur. Car elle porte la même scarification à la base du cou. La marque d’un passé qui ne lui revient que par flashes incontrôlables...

-  Spécificités - 
* Editions: Harper Collins
* Paru le 11/01/2017
* Nombre de pages : 378

Ayant reçu « D’une mort lente » d’Emelie Schepp, grâce à BePolar.fr et à la maison d’édition, Harper Collins, j’allais m’y plonger quand je fus soudainement freinée dans ma course par une amie qui me dit : « As-tu déjà lu les deux premiers tomes de la série? ». Je lui répondis un unique  et bête: « Euh…? ». Elle revint à la charge : « Malheureuse! C’est quasi une trilogie! Tu ne peux pas commencer par le troisième volet quand même! ». C’est ainsi que je me suis lancée dans la série Jana Berzelius grâce aux bons conseils avisés de cette bonne amie (merci à elle, qui se reconnaîtra;)!

Et en effet, je suis vraiment satisfaite d’avoir débuter par les prémisses de l’histoire de cette procureure car ce premier livre d’Emelie Schepp traite en grande partie de l’histoire personnelle de Jana et je présume que l’auteure a voulu y définir les bases de son héroïne principale avant de l’approfondir dans les suivants.

Beaucoup de noms et prénoms à rallonge et bien entendu à consonance nordique n’auront pas eu raison de moi car j’ai voulu persévérer tant cette histoire m’a plue. Le meurtre d’un haut responsable de l’Immigration n’est qu’un iota de l’histoire globale. Les éléments du puzzle ne se mettront en place qu’avec parcimonie faisant que le lecteur se retrouve happé par le récit et ne souhaite pas arrêter là. 

Ça aurait été vraiment dommage de ne pas commencer à la source du personnage et de gâcher un aussi bon livre en occultant les précédents. Je me lance directement dans la lecture des deux suivants et vous dirai si la lecture dans l’ordre est utile ou pas. Pour ma part, le premier tome est de très bonnes augures puisque j’ai vraiment hâte de retourner en Suède dans cet atmosphère si particulière qu’Emelie Schepp a su distiller par une écriture maniant très bien le suspens.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

CHANGEMENT D'ADRESSE

QUI DIT NOUVEAU MOIS, DIT NOUVEAUTES! Depuis quelques temps, j'étais un peu moins présente sur les réseaux sociaux et pour ca...