dimanche 27 janvier 2019

"La petite fille du phare" de Christophe FERRE - Thriller

Alors que j’avais été très tentée de lire ce livre au vu de la quatrième de couverture, de la bande-annonce qui en annonçait tant, d’une belle couverture, je ressors de sa lecture particulièrement déçue. Je m’en explique….


> Quatrième de couverture <
Ploumanac'h, Côte de granit rose. Le temps d'une soirée dans un bar proche de leur maison, Morgane et Elouan laissent la garde de leur bébé, Gaela, à son frère adolescent.
Au retour, un berceau vide les attend. Aucune trace d'effraction, nulle demande de rançon. Les pistes se multiplient, mais l'enquête piétine. 
Très vite, la police judiciaire pense que la petite fille ne sera jamais retrouvée.
Pour les parents de Gaela, l'enfer commence. D'autant qu'on fouille leur passé, et que celui-ci présente des zones d'ombre. Morgane est bientôt suspectée d'avoir orchestré la disparition de sa fille...
Un suspens au dénouement aussi stupéfiant qu'une déferlante sur les côtes bretonnes.

-  Spécificités - 
* Editions: L’Archipel
* Paru le 03/10/2018 
* Nombre de pages : 442

Un soir, Morgane et Elouan, jeunes parents d’une petite fille de seulement 10 jours décident de s’octroyer un moment rien qu’à eux et d’aller boire un verre pas loin de chez eux. Ils laissent leur bébé sous la surveillance de son grand frère, Arthur de 13 ans. Lorsqu’ils rentrent chez eux, c’est le drame… Le couffin est vide, la petite Gaela a disparu alors que son frère n’a rien entendu. Une enquête policière débute, sous la juridiction du juge d’instruction Ornano. Chaque membre de la famille devient suspect et les choses se compliquent lorsque le bébé réapparaît mystérieusement un mois plus tard.

De par le pitch, on pourrait se croire dans une banale histoire de disparition d’enfants comme il en existe déjà beaucoup en littérature. Pourtant, ce n’est pas forcément rédhibitoire pour moi et je me plonge assez facilement dans ce genre de polars. C’est la même chose quant au fait qu’il puisse y avoir des invraisemblances dans le récit, je ne suis pas toujours terre-à-terre et je peux comprendre que l’auteur ait voulu un peu « pimenter » l’histoire. Mais ici, selon moi, le final est trop tiré par les cheveux, entachant toute crédibilité.

Ainsi, cette lecture m’a laissé un goût mitigé et j’en éprouve une grosse déception à la fin. Un des gros points négatifs dans la narration, pour ma part, est que j’ai été gênée par la tenue des dialogues que j’ai trouvé très « guindés ». Je ne l’ai pas trouvé fluide et manquant de naturel. Autre point négatif, la teneur des personnages que j’ai trouvé agaçants et insipides de par leurs comportements. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux protagonistes, au contraire, Morgane ayant le don de m’irriter par son certain détachement alors que son bébé a disparu et une paranoïa à toute épreuve.

Alors que j’aime découvrir de nouvelles destinations par mes lectures, c’était ici l’occasion de découvrir la Bretagne que je n’ai pas encore eu l'occasion de visiter. Pourtant, dans la première partie de l’histoire, je me suis sentie envahie par des descriptions beaucoup trop détaillées. J’ai envie de dire que trop de descriptions tuent la description car nous nous trouvons dans un thriller et non dans un guide touristique. 

Je pense que j’aurais été plus complaisante et plus indulgente dans le cadre d’un premier roman où la non-expérience de l’auteur aurait pu expliquer les défauts trouvés à ce livre. Or, l’auteur Christophe Ferré en est quand même déjà à son 9ème livre.

Bien entendu, toutes ces constations ne sont que mon humble avis personnel. Je ne souhaite pas l’imposer aux autres lecteurs et c’est la raison pour laquelle je vous conseille de vous faire votre propre avis par la lecture de ce livre.

Malgré tout, je remercie L’Archipel pour leur confiance (et plus particulièrement Mylène qui se reconnaîtra). 

Pour terminer, dans cette (hélas) chronique négative je citerai un proverbe breton (pour rester dans le sujet) : « Chacun son goût, c’est ainsi que nous sommes tous ».

2 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour votre commentaire. Vous donnez votre avis en toute franchise, ce qui est appréciable et constructif. Vous soulignez aussi qu'il ne s'agit que de votre point de vue personnel. Je ne connaissais pas le proverbe breton que vous citez.
    D'autres lecteurs ont beaucoup aimé le livre.
    Bien amicalement.
    Christophe Ferré

    RépondreSupprimer

CHANGEMENT D'ADRESSE

QUI DIT NOUVEAU MOIS, DIT NOUVEAUTES! Depuis quelques temps, j'étais un peu moins présente sur les réseaux sociaux et pour ca...