dimanche 30 décembre 2018

"La vérité sur l'affaire Harry Quebert" de Joël DICKER - Roman


Succès médiatique depuis sa sortie en 2012, l’adaptation en série télé n’a fait que raviver la flamme de ce livre et lui offrir une seconde jeunesse. Il m’attendait depuis quasi sa sortie mais je n’avais jamais pris le temps de m’y plonger, le gardant précieusement. Préférant lire les livres avant de les voir en série télé ou en film, je m’y suis attelée le mois passé. Voilà enfin ma chronique sur ce phénomène littéraire.


<Quatrième de couverture>

À New York, au printemps 2008, lorsque l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente: il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois.
Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Quebert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.
Convaincu de l'innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l'enquête s'enfonce et il fait l'objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s'est-il passé dans le New Hampshire à l'été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Sous ses airs de thriller à l'américaine, La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l'Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.

- Spécificités -
Editions : Editions de Fallois
Pages: 672
Date de parution: 19/09/2012

Il faut le dire d'entrée de jeu, c'est un pavé et cela pourrait en rebuter plus d'un. Pour ma part, c'est l'effet inverse qui se produit alors. Plus il y a de pages, mieux c'est. Ici, c'est en plus très condensé.

Je me suis directement passionnée pour ce jeune écrivain, Marcus Goldman qui - après un premier très gros succès littéraire - se retrouve frapper de la pire maladie pour un écrivain : le syndrome de la page blanche. Alors que son éditeur le presse en vain de lui fournir un nouveau manuscrit, il renoue peu à peu avec son professeur d'université : Harry Quebert. Alors que des jardiniers devaient planter un parterre d'hortensias dans le jardin de ce dernier, ils y découvrent un squelette qui s'avère être celui de Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans disparue en 1975. Commence alors pour Marcus la recherche de la vérité afin de faire innocenter son mentor.

Au départ, j'avais regardé les deux premiers épisodes de la série sans avoir eu le temps de lire le livre le repoussant sans cesse. Mais plusieurs personnes m'ont directement avertie que le livre était beaucoup plus fourni (comme c'est très souvent le cas avec les adaptations cinématographiques ou télévisuelles). Il est souvent difficile pour les réalisateurs de tout mettre en moins de x heures, de très longues pages écrites. Je me suis alors enfermée dans ma bulle pour lire le livre avant la diffusion des épisodes suivants. Maintenant, a posteriori, je pense que j'ai vraiment bien fait car, même si j'ai beaucoup apprécié la série, le livre donnait beaucoup plus de détails quant aux personnages et à la relation unissant Harry Quebert à Nola.

Je tire mon chapeau à l'auteur, Joël Dicker, pour l'écriture de ce livre qui m'a vraiment transportée dans le travail de Marcus. J'ai parfois lu des critiques quant à la naïveté des dialogues entre Harry et Nolla mais selon moi, cela pourrait venir du fait qu'il faut se replonger à l'époque de leur relation, c'est-à-dire en 1975. De plus, il est toujours possible de les excuser par le fait qu'il s'agit quand même que d'un second roman d'un très jeune auteur. Quand je vois la qualité de ce livre pour le jeune âge qu'avait alors l'auteur, c'est quand même un terriblement bon second ouvrage ! Je ne pense pas que beaucoup d'auteurs peuvent se targuer d'avoir commencer avec de si bonnes premières œuvres.

Souvenir d'une journée à Amsterdam
Pour finir, je dirai que j'ai trouvé l'adaptation en série assez fidèle à l'original et aussi captivante. Grande fan de Patrick Dempsey, notamment depuis ma rencontre avec l'acteur à Amsterdam où j'ai passé une journée en sa compagnie et avec Michelle Monaghan à l'occasion de la sortie de son film "Le témoin amoureux", j'ai apprécié le choix de cet acteur mais également l'interprétation du rôle de Marcus Goldman par Ben Schnetzer. Etant à l'étranger lors de la diffusion des derniers épisodes et du final, il me tarde de voir si le suspens grandissant crescendo que l'auteur y a mis est aussi marquant à l'écran. Je pense aussi que je n'attendrai plus autant de temps pour me replonger dans un des livres de Joël Dicker, tant je suis tombée sous le charme de son style d'écriture et de son univers.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

CHANGEMENT D'ADRESSE

QUI DIT NOUVEAU MOIS, DIT NOUVEAUTES! Depuis quelques temps, j'étais un peu moins présente sur les réseaux sociaux et pour ca...