lundi 24 septembre 2018

"Les idéaux" d'Aurélie FILIPPETTI - Roman



> Quatrième de couverture <

Une femme, un homme, une histoire d’amour et d’engagement. Tout les oppose, leurs idées, leurs milieux, et pourtant ils sont unis par une conception semblable de la démocratie.
Au cœur de l’Assemblée, ces deux orgueilleux se retrouvent face aux mensonges, à la mainmise des intérêts privés, et au mépris des Princes à l’égard de ceux qu’ils sont censés représenter.
Leurs vies et leurs destins se croisent et se décroisent au fil des soubresauts du pays.
Lorsque le pouvoir devient l’ennemi de la politique, que peut l’amour ?

-  Spécificités –
* Editions: Editions Fayard
* Paru le 22/08/2018
* Nombre de pages : 443

Roman très remarqué lors de cette rentrée littéraire, les lecteurs de cette publication n’ont pu rater les renforts de publicité mis en place. Vu le passé de l’auteure en tant que Ministre de la culture sous le président François Hollande, elle revient pourtant ici à son premier métier : l’écriture.

Aurélie Filippetti nous narre une histoire d’amour, qui pour certains, serait contre-nature : celle d’une femme de gauche et d’un homme de droite, dont les idéaux (comme le titre l’indique si bien) sont diamétralement opposés. « Elle » vient d’un milieu modeste alors que « Lui » est issu de l’aristocratie. Par des indices semés ci et là, on se rend compte que cette histoire se déroule pendant une décennie, sous la présidence de deux hommes de partis opposés comme les héros le sont eux-mêmes. Alors que quelque chose les lie sentimentalement, leurs convictions politiques font que leur relation doit rester secrète, ce qui à l’heure actuelle, relève d’une bonne dose de malice.

Même si, étant belge, je suis assez éloignée de la vie politique française (visiblement, cette rentrée littéraire a été signe de politique française pour ma part : voir ma chronique d’ « Omar et Greg » de François Beaune
(http://musemaniasbooks.blogspot.com/2018/09/omar-et-greg-de-francois-beaune-recits.html), cette histoire d’amour est aussi celle des déconvenues et des désillusions, qui ne sont pas propres à l’Etat français. Le style d’écriture n’est pas un style que je retrouve dans la plupart de mes lectures. Les phrases sont très longues (souvent plus de 5 lignes) et abordent plusieurs idées en même temps. Par contre, j’ai trouvé cette écriture réellement sincère et sans concession.

Les deux protagonistes principaux ne sont nommés que par les pronoms « Elle » et « Lui ». A aucun moment, l’auteure ne cite expressément les personnages qui apparaissent au cours de l’histoire, même si certains traits de caractères facilitent leurs identifications. Attention, vous ne pourrez pas vous empêcher au fil des pages à tenter de deviner qui se cache sous les traits du « héros » dans la vie réelle. Ayant elle-même fait partie de ce « monde-là » qu’est le monde politique, on se rend compte qu’encore à l’heure actuelle, c’est un monde misogyne mais surtout impitoyable et qui ne fait aucun cadeau.

Ce n’est pas un livre léger qui peut se lire dans n’importe quel environnement, selon moi. J’ai dû souvent m’enfermer dans ma bulle pour tenter d’en comprendre le sens. Alors que j’ai pour habitude de tenter de me remémorer les chapitres que je viens de lire afin de mieux m’en imprégner, cela a été mission impossible pour moi dans cette lecture. Pourtant même si je ne l’ai pas dévoré d’une seule traite, j’ai apprécié sa lecture, m’éloignant de ma zone de confort.

Pour terminer, je tiens à remercier les éditions Fayard de m’avoir fait découvrir ce livre, fortement remarqué lors de cette rentrée littéraire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

CHANGEMENT D'ADRESSE

QUI DIT NOUVEAU MOIS, DIT NOUVEAUTES! Depuis quelques temps, j'étais un peu moins présente sur les réseaux sociaux et pour ca...