dimanche 4 février 2018

"Pas un mot" de Brad PARKS - Thriller



Je remercie les éditions Mazarine et Netgalley pour m’avoir offert la possibilité de lire ce nouveau thriller de Brad Parks, seul écrivain avoir été lauréat des prix Shamus, Nero et Lefty, trois des prix les plus prestigieux aux États-Unis couronnant les romans policiers.
 

{ Quatrième couverture }
Le juge Scott Sampson s’apprête à aller chercher ses enfants à l’école. Et à plonger en plein cauchemar. Il reçoit un message anodin de sa femme adorée, Alison : elle ira récupérer les jumeaux pour les emmener chez le médecin. Alison rentre à la maison. Seule. Elle n’a jamais envoyé ce texto. Le téléphone sonne. Les enfants ont été enlevés. Les ravisseurs n’exigent pas de rançon, mais des verdicts sur commande : si le juge n’obéit pas à leurs demandes, les petits le payeront très cher. Et évidemment : « Pas un mot ! » C’est le début d’un calvaire où chantage, mensonge et paranoïa feront vivre l’enfer à ces parents prêts à tout pour récupérer leurs enfants, quels que soient les dangers, les sacrifices et les compromissions.

Thriller juridique rondement mené où le suspens grandit au fil des pages et le final en est l’apothéose. En lisant ce livre, vous découvrirez les arcanes du pouvoir judiciaire américain. J’avoue qu'étant juriste, j’ai craint de tomber dans des labyrinthes pas forcément à la portée de tout quidam. Et bien détrompez-vous, l’auteur détricote tout ça et vous le rend accessible.

Dans plusieurs situations, le lecteur peut aisément se mettre dans la peau du juge Sampson et se questionner sur la façon de réagir aux terribles cas de conscience auxquels un juge doit faire face. Les émotions sont  palpables, sans tomber dans le larmoyant pour autant et tout en étant cohérent. On se met à douter de tout et de tout le monde, la paranoïa ne faisant qu’augmenter au fil de l’histoire. On se pose énormément de questions : Qui peut bien être le cerveau de l’histoire ? Pourquoi ? Comment les ravisseurs connaissent-ils si bien la famille ?

L’auteur s’amuse à balader les lecteurs en utilisant des fausses pistes et des retournements de situation. Lorsque vous pensez avoir découvert le fin mot de l’histoire, Brad Parks s’amuse de vous. Quand vous penserez avoir découvert le coupable, vous vous serez fait avoir et ça, c’est vraiment plaisant car peu d’écrivains arrivent à le faire.

Si je devais vraiment trouver un point négatif, ce sont les quelques longueurs présentes au fil de ces 508 pages. Malgré tout, vous passerez un bon moment à sa lecture !!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

"La chambre de Jacob" de Virginia WOOLF - Classique

Je tiens à remercier les éditions Archipoche (et en particulier, Mylène Pagnat) pour l’envoi de ce service-presse. > Quatrième ...